Samedi 20 mai

20h – Concert de clôture

« Dulcinée, jour de mes nuits »

Concert spectacle sur des musiques espagnoles des  XVIIe & XVIIIe siècles et du Don Quichotte de Cervantès

Orchestre de l’Académie du Concert de Lyon

Dir. Frédéric Mourguiart
Eliette Ximenès : Soprano
Marcos Janulionis-Vivaldi : Basse Taille
Cyril Pouvesle : Récitant

academie

IMG_0521

Programme 
KEISER : Le Ridicule Prince Jodelet – Sinfonia
J.B. LULLY : Ballet des Espagnols
P. F. CAROUBEL: Pavana de Spaigne
M. PRAETORIUS : Spagnoletta
I. ARAÑÈS : Un Sarao de la Chacona
J. HIDALGO : Esperar, Sentir, Morir
J. MARÍN: Ojos, pues me desdeñáis
A. SOLA: Tiento
G. SANZ: Pavana al ayre español
G. P. TELEMANN : Suite Burlesque de Quixotte
S. DURÓN: Ondas, riscos, pezes,
ANONYMOUS : Libertas
G. F. HANDEL: No se enmendará jamás
M.R. De LALANDE : Les Folies de Cardenio – Extraits
A. CAMPRA: Air des Espagnolles
P. COURBOIS: Loin des yeux qui m’ont fait captif
A. CAMPRA : La Nuit ramène en vain
G. SANZ: Canarios
R.B. de BOISMORTIER : Don Quichotte chez la Duchesse – Ouverture
J.B. MORIN: Mort de Dom Quixotte
F. COUPERIN: L’Espagnole – Passacaille
Miguel de Cervantès Saavedra (1547–1616), romancier, poète et dramaturge espagnol, est l’auteur de L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, le roman le plus lu dans l’histoire de l’humanité.
Obsédé par la tradition des romans de chevalerie, Alonso Quijano s’équipe des armes oubliées de ses aïeux, rebaptise sa vieille rosse, et se nommera désormais don Quijote de la Mancha. Prêt à s’élancer sur la route de sa nouvelle vie, il doit régler une dernière chose : Les chevaliers de romans n’ont-ils pas tous leur Dame à adorer, attribut nécessaire du chevalier légendaire ? Aldonza Lorenzo, simple paysanne d’un village du Toboso, commune de la Province de Tolède, dont il avait été amoureux dans sa jeunesse sans avoir jamais osé avouer sa flamme, viendra compléter sa panoplie du chevalier errant ! Issue de ses souvenirs les plus doux, elle devient dans son imagination la plus belle des femmes, celle qui pour son honneur Don Quichotte va se battre, prétexte des tribulations d’un rêveur idéaliste et irraisonné, justicier autoproclamé ! Dulcinea… Dulcinea, très élégant dérivé du mot Dulce signifiant en espagnol douceur.
Bien que cette paysanne ne soit que mentionnée et donc jamais physiquement présente dans le récit, Dulcinée s’impose comme un des personnages les plus importants du récit.
C’est ce fil conducteur que ce concert propose de suivre avec une approche très différente du mythe de Don Quichotte, choisissant des extraits exclusivement représentatifs de l’importance de la relation entre les deux personnages, guidant tout au long de sa quête ses moindres faits et gestes. Ponctué de musiques espagnoles ou d’inspiration espagnole du XVIIe et XVIIIe siècles, une chanteuse incarnant la Dame imaginaire, le récit se transforme en conte pour petits et grands, illustrant le plus noble des sentiments : l’Amour !
Don Quichotte, finalement moins fou que bien des amoureux, sait d’ailleurs parfaitement que Dulcinée n’existe que par et à travers son désir, il sait qu’elle n’est que fiction construite par son imaginaire. Ainsi, plus lucide que les lucides, il n’hésite pas à couper court aux pernicieuses investigations que les moqueurs ou les sceptiques mènent autour de la réalité de Dulcinea. Celle-ci lui fournit l’occasion de briller, d’être admiré.
Ainsi, bien plus qu’un désir de nature charnelle, réside avant tout son plaisir à pouvoir se contempler lui-même dans une attitude de pureté. Le portrait qu’en a fait Gérard Ricard nous plonge dans cette attitude ambiguë, liée d’amour, de fatigue et de tristesse. Grâce à sa fiction d’amour, don Quichotte peut devenir un héros et ainsi enseigner une vérité humaine : L’homme ne peut vivre sans rêves, l’amour étant peut-être le plus beau et le plus nécessaire d’entre eux…

academie-logoDécouvrez L’Académie du Concert de Lyon 

Publicités